Ecole du Louvre (résumé de thèse)

Cite this article as: Fabien Noirot, "Ecole du Louvre (résumé de thèse)," in Le moulage sur nature « retouché », 13/03/2018, https://insculpture.hypotheses.org/.

Le moulage sur nature « retouché ».

Analyse rétrospective des manuels du XIXe siècle jusqu’aux Livres des secrets du XVIe siècle en France.

Sous la direction de monsieur Édouard Papet, conservateur général du patrimoine, musée d’Orsay.

Pourquoi le Manuel complet du mouleur, rédigé par le compilateur Lebrun à l’édition Roret en 1829, illustre-t-il le moulage d’un bras naturel avec une gravure de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert représentant le moule d’un bras sculpté en terre ?

Ce manuel, qui est l’autorité en la matière, assimile dans cet exemple le moulage sur nature à une œuvre sculptée de manière paradoxale. De cet étonnement est née une enquête sur la notion de retouche dans le moulage sur nature et sur son traitement par les compilateurs jusqu’aux réceptaires des Livres des secrets au 16e siècle.

Ma thèse est que la retouche dans le moulage sur nature se définit par un modelage dit de la « réparure ». Ce modelage a un double statut en moulage, avéré dans la fonte, d’être à la fois technique et artistique. Cependant, sa typologie reste implicite dans les recettes écrites dans la mesure où elle va de soi pour un artisan.

Mon hypothèse est que certains compilateurs, tel Lebrun, ont appliqué un collage paradoxal des sources pour évoquer cet usage tacite de la réparure par des détournements maladroits à la sculpture.

Ma méthode est relative à la théorie intertextuelle de la récriture. Les variantes interprétatives d’un texte, selon cette théorie, seront considérées comme étant déjà présentes dans la source. En ce qui concerne les sources, la réparure n’a jamais été théorisée dans les recettes par les artisans sinon, déjà, par des références lacunaires à la sculpture. Les collages maladroits des compilateurs révèlent que l’existence avérée mais non définie d’une partie modelée du moulage est « en réserve » dans les recettes. Les compilations fautives du 19e siècle ouvrent la voie, rétrospectivement, à l’analyse d’un modelage inédit dans le champ de la sculpture depuis le 16e siècle.

Ma méthode d’évaluation est l’analyse des œuvres à travers des bronzes du 16e siècle ou des moulages pathologiques du 19e siècle. Il s’agit de démontrer que, dans certains cas, une typologie secrète de la réparure étaye le moulage sur nature.