Note : expérience de l’impression 3D de l’épithéliome moulé par Baretta.

Cite this article as: Fabien Noirot, "Note : expérience de l’impression 3D de l’épithéliome moulé par Baretta.," in Le moulage sur nature « retouché », 13/03/2018, https://insculpture.hypotheses.org/165.

A l’occasion de la Journée Européenne du Patrimoine en 2017, j’ai pu réaliser un scanner de la cire n°1364, réalisée par Jules Baretta au 19e siècle, et conforter une hypothèse (article http://insculpture.hypotheses.org/165) en imprimant en 3d la pathologie. Je remercie infiniment madame Sylvie Dorison, conservatrice au Musée des moulages à l’hôpital Saint-Louis, de m’avoir permis cette expérimentation.

Mon hypothèse est que Baretta n’a pas pu mouler directement cette forme complexe, un épithéliome, avec du plâtre sans risquer de blesser la personne ou d’abîmer son plâtre. Cela m’a permis d’étudier les secrets de cet artisan.

J’ai donc pu imprimer en 3D un moule qui respecte la forme de l’épithéliome et la division du moule de Baretta, en quatre parties, afin de vérifier ma première hypothèse. L’épithéliome, effectivement, ne se démoule pas. Il faut s’imaginer que les morceaux de plâtre qui sont restés coincés dans le moule (ici en noir) seraient, en fait, des bouts de l’épithéliome. Le moulage, le démoulage et la finition du moulage s’inscrivent dans une typologie secrète relative à la mediocritas (je reviendrai sur ce terme).

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.