(in)sculpture ?

Mon détournement du mot « insculpture » pour nommer ce carnet de recherche est une référence à  Bernard Palissy, artiste français du 16e siècle. Dans ses écrits, ce mot lui sert à évoquer la technique du moulage sur nature. Or, ce vocable lui sert aussi pour décrire l’acte de modeler dans ses grottes rustiques. Mon détournement consiste ici à utiliser ce double sens pour désigner une collusion entre le moulage sur nature et le modelage.

La polysémie de ce mot peut aussi rappeler un débat des historiens de l’art, depuis le 19e siècle, concernant la place du modelage dans l’œuvre de Palissy. Dans la mesure où des moulages sur nature de Palissy présentent des traces d’ébauchoir, peut-on dire qu’ils sont en même temps « sculptés » ? Quand Palissy parle d’insculpture au sujet du moulage sur nature, faut-il comprendre, implicitement, que le modelage peut jouer un rôle d’appoint au moulage ? Existe-t-il, plus largement, une typologie à part du modelage dans le moulage sur nature qui permettait aux artisans de mouler la diversité pléthorique du vivant ?

Que cela soit au travers de recettes fautives ou au travers d’objets « retouchés », c’est ce rapport tacite du modelage dans le moulage sur nature qui est l’objet de ma recherche à l’Ecole du Louvre.